Histoire

L’histoire de Duvel Moortgat est une histoire de respect pour la tradition et les valeurs familiales. Aujourd’hui, la quatrième génération de la famille Moortgat veille sur l’héritage de ses ancêtres, le fondateur Jan-Leonard Moortgat et de ses deux fils, Albert et Victor.

1871: Les origines

En 1871, Jan-Leonard Moortgat, descendant d’une famille de brasseurs de Steenhuffel, fonde la ferme-brasserie Moortgat avec sa femme Maria De Block. À cette époque, le nouveau-né n’est que l’une des 4.000 brasseries que compte la Belgique au tournant du siècle. Les débuts ne sont pas particulièrement faciles : véritable pionnier, Jan-Leonard tente d’écouler quelques bières de haute fermentation comme la Stavelot. Avec un succès variable. Grâce à un certain fanatisme, doublé d’une véritable passion pour la bière et d’un immense savoir-faire, il parvient à faire adopter ses bières par une clientèle fidèle, issue non seulement de la population de Breendonk, mais également de la bourgeoisie bruxelloise. En témoigne l’ouverture d’un dépôt à Laken. Le début, comme on le sait aujourd’hui, d’une histoire de succès qui dure depuis 130 ans déjà…

Albert & Victor1900: la deuxième génération de Moortgat

Entre-temps, les affaires prospèrent et les deux fils de Jan-Leonard, Albert et Victor, rejoignent leur père à la brasserie. Les tâches sont clairement délimitées : Albert devient brasseur, Victor se rend à Bruxelles en chariot attelé pour s’occuper de la distribution des bières. Lors de la Première Guerre mondiale, la Belgique fait la connaissance de l’Angleterre et surtout des bières spéciales anglaises, qui jouissent alors d’une assez grande popularité.

1918-1923: le préambule d'un produit vedette

Albert veut également sa part du gâteau et décide de créer une bière sur le modèle anglais. Pour ce faire, un échantillon de la levure locale est indispensable.
Albert se rend donc en Ecosse où il doit faire face à la résistance des brasseurs locaux. Après une véritable odyssée dans d’innombrables brasseries locales, il parvient quand même à se procurer l’échantillon tant convoité. Aujourd’hui, la levure utilisée est toujours cultivée à partir de la même souche !